Logo et/ou image de titre d'accueil du site

Les transports, un élément structurant de notre vie

Les transports constituent un élément important dans notre vie de tous les jours, que ce soit pour nos déplacements quotidiens domicile-travail, pour nos loisirs ou encore pour nos déplacements familiaux et le transport du fret.
Notre région, plus particulièrement notre vallée de la Roya et la côte Azuréenne, est confrontée de plus en plus à ce problème récurrent du déplacement des personnes dans de bonnes conditions.

Les déplacements en région PACA.

La SNCF a voulu en savoir plus sur la manière dont les actifs se déplacent en PACA (voir article du 10/04/2016 du journal ‘’La Provence’’). Cette enquête fut réalisée en janvier 2016 auprès de 12 000 personnes résidant dans les agglomérations urbaines du littoral. Il en ressort que le temps moyen de déplacement quotidien des personnes actives est de 52 minutes pour un trajet moyen de 34 km. Ce qui est bien plus que la moyenne nationale de 43 minutes. Un actif sur deux est exaspéré par les difficultés de circulation et 69% jugent que la situation s’est dégradée ces dernières années. Si pour 59%, également, la voiture est le moyen de transport privilégié (70% au niveau national), 70% pensent que l’amélioration des réseaux de transport en commun est une réponse efficace.
Il faut dire que les politiques urbaines, conduisant à une sururbanisation du littoral pour des raisons spéculatives menées par les élus locaux des communes depuis de nombreuses années, n’ont pas permises un aménagement judicieux afin d’inclure une ou des lignes de chemin de fer qui, aujourd’hui, font cruellement défaut!

La dégradation du système ferroviaire

La dégradation du transport ferroviaire n’a pas arrangé la situation, en particulier en région PACA, avec les réformes successives du rail engagées par Bruxelles et avec la mise en circulation des cars dit «Macron» avec, à la clé, une prime gouvernementale pour les financer. Cette réforme du système ferroviaire, menée par la Commission Européenne, voté par les députés au parlement européen par «Les Républicains» et le «PS», est mise en application avec zèle par la direction SNCF sous les différents gouvernements, aussi bien ceux dits de gauche que ceux de droite. D’ailleurs, Monsieur Estrosi, qui aujourd’hui est vent debout contre la SNCF, y a mis sa pierre en tant que député ou membre des gouvernements sous Sarkosy. II a également mis sa pierre à la réorganisation-désorganisation de la poste comme ministre. De réorganisation en réorganisation avec au passage de nombreuses suppressions d’emplois (25 000emplois depuis 10 ans) la direction SNCF déstabilise ainsi l’entreprise.

Une politique de mise en concurrence

Cette stratégie destructrice pour la SNCF vise à la mise en concurrence des entreprises ferroviaires dont les
effets négatifs se font déjà sentir. Ainsi, le transport de fret est passé de 55 milliards de tonnes/Km en 2000 à 19,9 milliards pour la seule SNCF en 2015 (33,1 milliards de tonnes/Km en 2015 pour l’ensemble des compagnies ferroviaires).
Les infrastructures ferroviaires vieillissantes auraient besoins d’une remise à niveau mais, avec une dette de 52 milliards d’€, générant 1,7 milliards de frais, due en grande partie aux emprunts contractés auprès des marchés financiers pour la réalisation de lignes de grandes vitesses (LGV) imposées par l’Etat, SNCF Réseau ne peut répondre aux besoins.
Aussi, le PCF propose, dans son programme «La France en Commun » que l’Etat reprendre cette dette, comme l’a fait l’Etat Allemand pour la Deutsch Bahn (DB) en 1993 (cette dette était de 33 milliards d'euros), afin que l’entreprise investisse dans les infrastructures et dans le matériel (en particulier les intercités) également vieillissant. L’argent existe, voir l’article sur : l’évasion fiscal, les dividendes des actionnaires et les allègements fiscaux.

Royaume-Uni : la guerre du rail

Les grèves se multiplient contre une baisse des effectifs et l’insécurité pour les passagers sur les lignes qui relient Londres et le sud de l’Angleterre. La compagnie privée Southern Raiways fait face à un mouvement sans précédent, soutenu par une majorité des 300 000 usagers, excédés par le manque d’investissement qui crée des retards quotidiens. Un mouvement qui gagne l’ensemble du réseau ferré du pays, dont le métro londonien et s’étend à d’autres secteurs.

Pollution mortelle

La pollution de l’air cause en France, tous les ans, 4 800 décès prématurés par cancers ou affections respiratoires.
Le transport ferroviaire émet 4 à 5 fois moins de Co² que la route !
UN COMBLE : dans le journal de la région PACA de Déc.2016, il est indiqué : «le contrat de plan Etat-Région pour 2015-2020 consacre 30 millions d’euros d’investissement sur 5 ans à la mise en place de voies dédiées aux cars sur les autoroutes.» Commentaire de notre part : pourquoi ne pas mettre plutôt une ligne de chemin de fer bien plus efficace et bien moins polluante !