Logo et/ou image de titre d'accueil du site

Lettre des élu(e)s au ministre des transport, au Préfet de Région et au Préfet des Alpes Maritimes

La colère des habitants de la Roya est à son paroxysme…
La colère des élus municipaux, départementaux, régionaux et nationaux, de toutes tendances politiques, gronde.
La colère Franco Italienne des trois régions, Piémont, Ligurie et Provence Alpes Côte d'Azur va déborder

La solidarité entre les trois régions est culturelle car nos vies et nos destins ont été croisés par l'histoire des hommes.
Dès que les moyens techniques ont existé, cette ligne de chemin de fer, qui a été un travail pharaonique, a doublé la
route du sel séculaire existante. Pourquoi ? Simplement pour permettre la continuité des passages transfrontaliers !
La route, qui passe en fond de vallée, est soumise très fortement aux aléas d'éboulements.
Sur les 40 dernières années, le cumul des mois de fermeture totale, se chiffre en années.
Le rail passe à mi‐hauteur, pour une grande partie en tunnel, et est rarement impacté par les éboulements.
Les travaux engagés sous le tunnel routier du col de Tende vont, en plus, fermer cette route de nombreux mois, de
très nombreuses fois, sur plusieurs années. Cela a d'ailleurs commencé sans se demander si le ferroviaire pouvait
offrir une offre de transport de substitution ! De fait, la situation de la mobilité s’est gravement dégradée dans la
vallée de la Roya.
Cette ligne ferroviaire est un moyen de transport offrant une grande sécurité, face à la route qui a un bilan
accidentogène important.
Il est bon de rappeler que la libre circulation des personnes dans l'espace européen est un principe fondamental de
l'Union européenne tout comme l’égalité des territoires au sein de notre République.
Ces colères immenses, puissantes, ne seront apaisées que par la mise en place immédiate des travaux nécessaires.
Le montant complet de ces travaux, est par ailleurs ridiculement bas à l'échelle de deux nations et trois régions.
L'intérêt d’économies d'argent ne peut pas aller à l’encontre de l'unité culturelle et amicale des femmes et des
hommes de deux pays, de trois régions, des métropoles de Nice et de Turin et de plusieurs vallées.
Nous demandons que :
‐ Monsieur le ministre des transports organise en urgence une rencontre avec l’Italie, si possible sur place et
avec la participation des trois régions.
‐ Tout soit mis en oeuvre afin d’être dans les délais imposés par le Gouvernement italien pour pouvoir utiliser
les 29M€ dédiés à la ligne Coni/Vintimille‐Nice.
‐ L’Etat et les collectivités concernés (Région, CG06, Métropole NCA, CARF) puissent assurer un cofinancement
et ainsi permettre de lever la limitation de 40 km/heure imposée par SNCF depuis décembre 2013 sur une
distance de 40Km mais aussi assurer la pérennité de la ligne pour les années à venir.
‐ La convention de 1970 soit actualisée afin de revoir les conditions de financement, de gestion et
d’exploitation de cette ligne entre la France et l’Italie. Il convient de consulter les trois régions dans
l’élaboration de cette convention.
‐ A la suite, les travaux de pérennisation de la ligne soient exécutés.
Nos amis italiens nous offrent une opportunité de contribuer à la rénovation de la ligne ferroviaire avec ces 29M€. Il
serait totalement incompréhensible que la France, avec son établissement public SNCF/RFF, ne la saisisse pas !