Logo et/ou image de titre d'accueil du site

Notre Commune et notre Département, un couple en péril.

Les Communes et les Départements constituent la base de la démocratie locale. Avec plus de 500 000 élus locaux, dont la plupart sont bénévoles, leur rôle est indispensable dans tout ce qui touche à notre vie quotidienne: écoles, collèges, eau, assainissement, ramassage des ordures, voirie, équipements collectifs (crèches, sports, culture,...), transports locaux, sécurité, solidarité envers les plus démunis, aide aux personnes, services de santé, logement, aménagement du territoire, urbanisme, soutien aux associations, etc...

Tous ces services de proximité sont menacés par la Nouvelle Organisation des Territoires de la République (loi NOTRE).

Dès 1999, DominiqueVoynet (ministre de l'aménagement du territoire) et Jean-Pierre Chevènement (ministre de l'intérieur) faisaient adopter la première loi imposant le regroupement des communes avec l'accord de toutes les formations politiques à l'exception des députés communistes. C'est ainsi que la Bévéra, puis la Roya furent incorporées à la CARF malgré l'opposition clairement exprimée de la population et d'une majorité d'élus. Ainsi, après les régions en 1982, de nouveaux échelons administratifs étaient créés: les communautés de communes et les communautés d'agglomération.
Ce sont les mêmes qui ont imposé ces nouvelles structures et qui prétendent aujourd'hui vouloir réduire ce qu'ils appellent le « mille-feuille » administratif !...
Ne nous y trompons pas: l'objectif de ces réformes, n'est pas la recherche d'une meilleure efficacité. C'est, d'une part éloigner les citoyens des centres de décision (êtes-vous informé de ce qui se décide à la CARF ?...), d'autre part concentrer les moyens financiers dans les grands centres urbains là où ils pourront rapporter le plus de profits pour les multinationales délégataires de services « publics ».
Aujourd'hui, ces apprentis sorciers de toutes tendances politiques (sauf le Front de Gauche) veulent poursuivre ce processus en rajoutant une nouvelle structure: les Métropoles, à l'exemple de celle de Nice. Or, le danger est très grand de voir la Métropole Nice Côte d'Azur annexer la CARF, les Paillons et la haute vallée du Var. Ceci n'est pas une vision exagérée: c'est inscrit en toutes lettres dans les projets d'aménagement du territoire. Leur objectif est que la Métropole prenne toutes les compétences et les moyens financiers des Communes et du Département, réduisant ces derniers à une coquille vide avant leur disparition programmée. Or, dans la Métropole, en s'alliant avec un seul conseiller d'un village, les élus de Nice obtiennent la majorité absolue et pe

L'enjeu est donc énorme. Refusons ce recul sans précédent de la démocratie.

Dès le 1er tour, le 22 mars, exprimez clairement votre refus d'intégration dans la Métropole en votant pour les candidats soutenus par le Front de Gauche: ils seront le seul rempart face à cette volonté de détruire notre démocratie locale et d'abandonner nos territoires ruraux.

Cette élection est donc fondamentale pour nos villages. Ne vous abstenez pas. Faîtes-le savoir autour de vous.