Logo et/ou image de titre d'accueil du site

De grandes avancées pour la sauvegarde notre ligne ferroviaire

Qui aurait dit il y a un an le 15 Décembre 2013, lors de la manifestation à Tende, que nous en serions là!

Des avancées mais la lutte continue
Suite à des réunions à Paris et à Breil avec des élus des régions (Piémont, Ligure et PACA), de la Vallée, des représentant du Comité de Défense Franco-Italien et des responsables de RFF, RFI, SNCF, et TRENITALIA des éléments commencent à apparaître!
C’est ainsi que le financement total de 91 Millions d’€, comprenant la contribution des 29 millions de l’Etat italien mis hors la Convention de 1970 qui sera renégocié le moment venu, apparaît dans le Contrat de plan Etat-Région PACA (CPER) pour les travaux nécessaires sur la ligne.
D’après ce CPER, 62 millions d’€ seront à rechercher principalement auprès des collectivités (région PACA, Département du 06, de la Métropole de Nice côte d’Azur et de la CARF) concrétisant ainsi, comme le signalait Madame la Sous-Préfète de Nice Montagne lors de la réunion à Breil le 26 Novembre 2014, leur mobilisation pour le maintien de la ligne. A cette fin, un tour de table sera organisé en début 2015.

Pourquoi la lutte doit continuer, voir s’amplifier, après ce premier succès!

Lors de la réunion du 26 Novembre à Breil, il apparaît des délais particulièrement longs quant au début des travaux d’envergures qui ne commenceraient vraiment, d’après Monsieur Froissard Directeur régional PACA de RFF, que vers le premier semestre 2016 suite aux études lancés au 30 Juin 2015!
Dans ce cadre, quand sera levé le 40 Km/Heure entre Breil et Tende qui péjore tant la durée de trajet, alors que certaines études sont déjà réalisées, notamment pour un ouvrage d’art (le pont de la Maglia) à la sortie de Breil.

Les autorails français devraient aller jusqu’à Limone!

Les 2 systèmes Français et Italien de contrôle de vitesse par balises ne sont pas compatible ce qui entraîne, pour une interpénétration des 2 réseaux, une modification des autorails.
Aussi, en attendant cette modification, une demande de dérogation auprès des établissements publics de sécurité des 2 pays sera demandés lors d’une réunion à organiser.