Logo et/ou image de titre d'accueil du site

SESSION DU CONSEIL DEPARTEMENTAL DU 15 SEPTEMBRE 2017: intervention de Valérie Tomasini et Francis Tujague

Monsieur le Président,
Mesdames,
Messieurs,
Chers collègues,

C’est sans surprise que vous venez d’accéder Charles-Ange, Mr le Président, à la haute responsabilité de Président du Conseil Départemental, avec un score dont un de vos amis me soufflait qu’il pourrait être qualifié de Soviétique.

Nos félicitations Républicaines pour cette élection. Votre première intervention à ce poste nous confirme qu’avec votre majorité, vous poursuivrez la politique mise en œuvre sous la présidence d’Eric Ciotti pendant les 9 dernières années.

Nous avons dit lors de notre dernière réunion ce que nous en pensions. Il n’est pas utile d’y revenir en détail.

Nous serons donc amenés, sous votre présidence, comme nous l’avons fait sous celle d’Eric Ciotti, à continuer à exprimer notre opposition à la politique d’austérité que vous nommez « diminution de la dépense publique ». Cette politique a été le fil conducteur des actions menées par notre collectivité et continuera donc de l’être avec toutes les conséquences qui en résultent et d’abord pour les plus faibles.

Ceci dans le droit fil de la politique actuellement conduite au plan national par la nouvelle majorité au pouvoir qui accentue encore plus la pression sur le Conseil Départemental comme sur les autres collectivités.

Mais nous continuerons pour autant à participer à la vie de cette Assemblée avec un esprit constructif, en formulant des propositions, en soutenant les initiatives nombreuses qui permettent de répondre aux attentes et aux besoins de nos concitoyens.

Celles qui relèvent de nos compétences et celles qui n’en relèvent pas mais qui sont particulièrement utiles à nos populations.

Votre mandat commence aussi à un moment où l’offensive contre les communes et les départements monte en puissance, avec le risque avéré aujourd’hui de voir l’une et l’autre des ces collectivités, qui sont pourtant celles de la proximité avec les citoyens, vidées de leurs substances par le transfert imposé de compétences et la diminution drastique de leurs moyens d’agir.
C’est un domaine sur lequel nous espérons que vous saurez contribuer à ce que le rassemblement le plus large puisse s’opérer dans cette Assemblée, au-delà des différences idéologiques existantes, pour empêcher ce qui constituerait une catastrophe pour notre pays.

De même que nous avions exprimé à Eric Ciotti notre satisfaction des rapports respectueux qui sont entretenus dans cette Assemblée entre votre puissante majorité et l’opposition, nous espérons et sommes persuadés, vous connaissant et vous ayant côtoyé à diverses occasions, que c’est ainsi que vous entendez exercer cette fonction.

Vous pouvez être assurés en retour de notre respect, de notre loyauté, mais aussi de notre attachement fort à des convictions qui nous conduirons encore à toujours privilégier l’intérêt général, à toujours être du côté des plus faibles, des plus modestes, de ceux qui ont le plus besoin de services publics.


Bon courage Mr le Président !